Les mathérons ont donc choisi

Ecrit par: JB
Mis à jour : 30 août 2018
Création : 11 juin 2018

Les mathérons ont donc choisi l’équipe de Marie Bascle pour les deux ans qui viennent. Une courte durée et une lourde responsabilité après les mois de fronde et de désordres qui ont désorganisé la gestion de la commune. Souhaitons-lui courage et discernement.

Tracts et débats électoraux de chaque équipe ont aligné les objectifs, les arguments, les reproches vis-à-vis de la liste adverse, vanté la valeur de leurs colistiers, … La réunion de l’équipe gagnante a été marquée par l’appel à la rescousse de la vielle garde, menée par Robert Jono. Nous y reviendrons plus loin.

Mais le grand absent des débats, c’est la défense de notre environnement et de nos espaces naturels,

face à la pression de l’immobilier, des campings, des parkings et des installations de tourisme, de loisirs ou de sports mécaniques. Répétons-le : nos espaces naturels (marais, zones humides, espaces boisés ou remarquables, littoral, …) constituent notre richesse, notre patrimoine. Leur porter atteinte c’est dégrader le cadre de vie de notre commune et son attrait touristique qui en constituent la ressource quasi unique. Ne tuons pas la poule aux œufs d’or !

Il est indispensable que la commune se dote de moyens efficaces pour encadrer son développement, à commencer par un PLU « vertueux » dont l’élaboration a pris énormément de retard. Outre un bon PLU respecté par tous, les moyens de maîtriser les appétits existent : Scot, presque terminé, SAGE, loi Littoral, loi sur l’eau, … Encore faut-il avoir la volonté de les mettre en œuvre pour le bien de la collectivité toute entière.

L’appel à la rescousse de la vielle garde

Nous ne sommes pas rassurés par l’appel à la rescousse, par Marie Bascle, de la vielle garde menée par le maire d’avant 2014, Robert Jono, avec des membres de son conseil municipal (dont M. Bascle et P. Gadreau faisaient partie, avant de le combattre vigoureusement en 2014). Cette valse incohérente donne le tournis mais, surtout, nous fait douter des intentions de cette nouvelle équipe vis-à-vis de nos préoccupations en matière d’espaces naturels et de cadre de vie. Rappelons que c’est l’équipe de R. Jono qui, le 4 mars 2013, a voté à l’unanimité un PLU au mépris de critiques sévères, notamment des services de l’Etat et d’associations, et d’un avis défavorable du commissaire enquêteur. Le résultat de ce défi : une annulation partielle suivie d’une annulation totale par les juges du Tribunal Administratif. Les mêmes avaient mené une lutte acharnée contre la mise en place de Natura 2000 sur la Presqu’île d’Arvert avec un certain succès …

Nous allons être vigilants dans les semaines et mois à venir pour ne pas retomber dans ces dérives.