Réunion publique d’information du 3 avril 2015

Ecrit par: Super User
Mis à jour : 12 avril 2015
Création : 12 avril 2015

Réunion publique d’information du 3 avril 2015

Pour la première réunion publique d’information de son mandat de maire, Philippe Gadreau a fait un one man show de près d’une heure et demie, appuyé par la projection de diapositives. Pour suivre cette prestation, très inhabituelle aux Mathes, la salle de l’Espace Multi Loisirs était comble.

Le maire a présenté un bilan de la 1ère année d’exercice de la nouvelle équipe municipale, les grandes lignes du budget 2015 de la commune et les projets mis en route ou prévus pour les prochaines années. Voici un résumé très rapide et aussi fidèle que possible de ce long exposé.

Se référant à sa profession de foi de mars 2014, M. Gadreau a fait un bilan de sa 1ère année de mandat en listant un certain nombre de réalisations ou de projets en cours, dont :

  • Amélioration de la disponibilité des élus
  • Accueil en mairie le samedi matin
  • Dynamisation du centre bourg : projet d’aménagement de la halle, marché quotidien et élargi l’été
  • Création d’une médiathèque (livres, CDs, accès internet, travaux commencés), appel à volontaires
  • Intégration de l’école (enseignants et enfants) dans la vie de la commune (exemple : chant de la Marseillaise lors de la cérémonie du 11 novembre), prévision d’équiper les classes de tableaux blancs interactifs
  • Action vis-à-vis des associations (carnaval, halloween, soupe au potiron, …), nouveau club et école de tennis à La Palmyre (projet de tennis couvert)
  • Résidence de personnes âgées : trop de places restent disponibles dans le pays royannais ; ce projet n’est donc pas réalisable.
  • Sécurité des biens et des personnes : bien qu’il n’y ait pas péril en la demeure, on reste vigilant ; mise à niveau du système de caméras existant.
  • Réalisation d’une salle de sport à l’étude (pour enfants et adultes)

On notera que le maire n’a pas mentionné la création, dès avril 2014, de 6 commissions extra municipales dont, semble-t-il, seule la commission environnement, à la quelle nous participons, fonctionne (voir comptes rendus publiés par la mairie).

 M. Gadreau a ensuite abordé le gros dossier du budget. Pour cela il s’est appuyé sur des tableaux de chiffres que nous ne pouvons pas reproduire ici. Voici quelques grandes lignes.

En 2014, l’équipe municipale a exécuté le budget qui avait été voté par l’équipe précédente. Parmi les opérations réalisées en 2014, M. le maire a cité notamment :

  • La fin des travaux, débutés il y a 3 ans, pour l’assainissement et la voirie du lotissement des Trémières
  • La réalisation de voies séparées pour piétons et cycles sur les trottoirs de l’avenue des Mathes (entrée de La Palmyre). Le maire estime que cette solution n’est pas satisfaisante et envisage plutôt d’interdire la circulation des vélos sur ce tronçon en leur imposant un détour plus sécurisé par l’est (vers le Palmyr’Hotel).
  • La fin des travaux de l’Office du Tourisme qui, parait-il, ferait des envieux
  • La fin des travaux de création d’une garderie à l’école
  • La création d’urgence d’enrochements sur la plage des Pins de Cordouan (protection du Club-Med, notamment) qui a coûté 326 k€ dont 95 k€ à la charge de la commune (le reste : département et, dans une moindre proportion, Etat).

 Pour établir le budget 2015, l’équipe municipale a pris en compte plusieurs contraintes qui impactent le budget de fonctionnement

  • La baisse constante des dotations de l’Etat
  • La baisse des droits de mutation due à la mollesse du marché immobilier
  • La mairie table sur une stabilité des revenus de la taxe de séjour : 550 k€ en 2014, montant équivalent à la somme des taxes de séjour perçues par les autres villes de la CARA, selon M. le maire.

 Concernant les dotations de l’Etat, la Dotation Globale de Fonctionnement (DGF), qui représente 1464 k€ en 2015, est effectivement en forte baisse pour au moins deux raisons :

  • le remboursement d’un trop perçu en 2010 et 2011 (on parle d’environ 700 k€) dû à une erreur de l’administration (mobil homes comptés comme résidences)
  • notre contribution au redressement des finances publiques qui induit une baisse programmée de la DGF de 6% par an

De plus, la Dotation de Solidarité Rurale (DSR) qui représente 190 k€ en 2015 sera aussi en baisse d’environ 8% par an.

 Compte tenu de cela, le budget de fonctionnement a été établi selon les choix suivants:

  • Une fiscalité communale stable, bien que nos taux soient les plus faibles de la CARA.
  • La rationalisation des dépenses de fonctionnement
  • Une réduction (-5,6 %) des dépenses de personnel : annualisation du temps de travail des services techniques (durées de travail adaptées en fonction de la saison) et non recours aux emplois saisonniers. Les charges de personnel seront de 2278 k€, ce qui représente le plus gros poste du budget de fonctionnement (55,7 %, 61 agents).
    A cette occasion, M. Gadreau présente Jérémie Duquesne, nouveau Directeur Général des Services, en remplacement d’Isabelle Bruneau.

 Le budget de fonctionnement est de 4616 €, en baisse de plus de 15 %. M Gadreau balaye les ressources de fonctionnement de la commune. Certaines ont déjà été évoquées : contributions directes, droits de mutation, taxe de séjour, DGF et DSR. Il souligne l’importance d’autres ressources telles que les droits de place des commerçants non sédentaires sur les marchés (celui de La Palmyre serait le plus important du département avec 150 commerçants), les parkings de camping-cars, ou les redevances d’occupation du domaine public.

 Pour, l’établissement du budget d’investissement (2123 k€), l’équipe municipale a fait les choix suivants :

  • Annuler le déficit de la section investissement (570 k€)
  • Effectuer en régie (services techniques) une grande partie des travaux
  • Envisager une étude sur la réalisation d’une salle omnisports
  • Réaliser des travaux de traitement des eaux pluviales

Sur ce dernier point, M. Gadreau a expliqué que nous sommes entourés de marais (il cite les marais de Dirée, Arvert, La Tremblade, St Augustin et Bréjat) et qu’étant près des bassins ostréicoles, la commune se doit de traiter ses eaux pluviales avant leur rejet dans le milieu naturel, d’autant que la surface urbanisée (donc imperméabilisée) a beaucoup augmenté. Il souhaite donc la réalisation de bassins de décantation des eaux pluviales, en s’appuyant sur une étude technique réalisée il y a 3 ans. M. le maire a dit vouloir impérativement engager ces travaux, car « la nature et l’environnement c’est ce qu’on vient rechercher chez nous ».

Notons qu’au cours de son exposé, M. Gadreau a révélé qu’il était désormais membre du Comité de Direction de l’UNIMA (Union des Marais)

 Il a été question également de la reprise, dans l’avenir, de la route départementale de la Fouasse, saturée en été, à laquelle la commune devra contribuer financièrement plus qu’habituellement.

 Parmi les réalisations effectuées sur crédits d’équipement, M. le maire évoque la réalisation du rond point Claude Caillé (zoo) dont la décoration est, dit-il, « carrément de l’art moderne ».

Parmi les projets pour 2015, il mentionne

  • la reprise de la rue des Combes
  • la réalisation d’un bassin de décantation d’eaux pluviales à Cravans
  • la réfection et l’aménagement de la Chapelle de La Palmyre qui pourra être aussi utilisée pour des concerts.
  • L’aménagement de la place de l’église pour y mettre quelques places de parking et diriger les automobilistes vers la halle. Les jours de marché, l’espace serait occupé par les commerçants.
  • Equipements scolaires et informatique pour l’école (tableaux interactifs)
  • Installation d’une médiathèque (rayonnages, informatique)
  • Fermeture de la halle pour faciliter les marchés (installation de bancs amovibles) et permettre d’y programmer des manifestations (cérémonie, pot, bal, …)
  • Possibilité de réaliser des tennis couverts

M. Gadreau a terminé son exposé en parlant du port de Bonne Anse qui passera probablement sous la responsabilité de la région. Son dragage sera reporté en 2016. Il faudra aussi consolider ses digues, mais le coût de travaux de fond serait hors de portée de la commune.

 Ce long exposé aura duré près d’une heure et demie. Nous espérons ne pas avoir introduit d’erreur dans ces quelques lignes.

Pour des données plus précises et officielles sur le budget de la commune, le lecteur pourra s’adresser à la mairie et consulter le compte-rendu du Conseil Municipal du 7 avril au cours duquel le budget 2015, don il a été largement question ci-dessus, a été effectivement voté.